Disparition de Joseph Helle, Maire du Bourget en Huile pendant 42 ans

Share
Joseph Helle, Maire du Bourget en Huile de 1953 à 1995

Joseph Helle, Maire du Bourget en Huile de 1953 à 1995

Joseph Helle est décédé le 5 janvier dernier à l’age de 94 ans. Maire du Bourget en Huile de 1953 à 1995, il aura marqué l’histoire du village au cours de ses sept mandats.

On lui doit de nombreuses réalisations telles que le lotissement, la salle des fêtes, l’aménagement du chef lieu, l’entretien régulier des routes communales et des bâtiments communaux, le développement touristique, de nombreuses routes et pistes en forêt ou encore le chalet du Planaz.

Au tout début des années 60, Joseph Helle prendra son vélo pour rencontrer à Coise le député maire Pierre Cot. L’école menacée de fermeture ne comptait alors que 4 élèves, dont l’actuel Maire de la commune Régis Barbaz. Joseph Helle revint avec l’assurance que le député mettrait toute son énergie à sauver l’école du Bourget en Huile. L’histoire est devenue célèbre et a valu au premier édile une reconnaissance de toute la commune.

Joseph Helle a été président fondateur du syndicat des communes forestières du secteur de la Rochette et  Chevalier de l’Ordre du Mérite.

Depuis quelques années, l’ancien Maire vivait à l’EPAD de la Rochette. Avec sa disparition c’est une page de l’histoire du Bourget en Huile qui se tourne.

Hommage du maire du Bourget en Huile à son prédécesseur

« Joseph,

Il me revient la délicate mission de vous dire adieu au nom des Bourgerains que vous connaissiez comme vos propres enfants. C’est avec tristesse et émotion que je vous livre ces quelques lignes. Vous étiez un homme droit, d’une profonde honnêteté dont  la modestie n’aurait pas aimé que l’on fasse de long discours à votre propos. Ce n’est pas une raison suffisante pour vous laisser partir sans vous dire notre reconnaissance et notre admiration.

Les volets de 2018 à peine ouverts, vous les avez refermés définitivement, Avec votre départ, c’est une partie du livre d’histoire du Bourget qui se ferme, mais également celle d’un livre de souvenirs.

Vous êtes né dans le hameau des Mermoz, dans une maisonnette qui est restée figée dans le temps. Le poêle à quatre trous rafistolé trône toujours au milieu d’une pièce sombre simplement éclairée par une petite fenêtre entourée de morceaux de bois fendus. Votre première télévision, on vous l’a offerte et installée lors de votre départ de la mairie. Ce fut une grande avancée technologique mais elle était réservée aux informations.

En 1953, vous aviez trente ans, vous voilà porté à la tête de la commune, vous en êtes le nouveau maire. Cette fonction, vous allez l’assumer durant 42 ans, représentant sept mandats, je ne listerai pas les nombreuses réalisations que vous avez fait naître, je ne rappellerai que les plus récentes, celles auxquelles j’ai participé à vos côtés.

Attaché au développement touristique, vous avez créé le lotissement des Fougères, construit la salle des fêtes, aménagé le chef-lieu, préparé les aménagements aux abords de la salle des fêtes, mais vous avez également entretenu les voiries, les bâtiments auxquels vous apportiez un soin particulier en surveillant chaque ardoise, chaque gouttière.

…si la Vallée des Huiles a résisté à l’appel des sirènes citadines, c’est grâce à vous et nous vous en sommes tous reconnaissants.

Vous avez été également un visionnaire car qui aurait pu garder une école ouverte avec quatre élèves. Grâce à votre ténacité vous y êtes parvenu et si la Vallée des Huiles a résisté à l’appel des sirènes citadines, c’est grâce à vous et nous vous en sommes tous reconnaissants.

Vous aviez le soutien de valeurs sures que vous avez toujours respectées et sollicitées. Je pense à Pierre Cot, Pierre Dumas, Jean Blanc, Roger Rinchet, et plus récemment Michel Barnier et Michel Bouvard.

Si aujourd’hui, nous avons pris l’habitude de nous tutoyer, il n’en était pas de même à votre époque. Je vous revois, frêle, voûté, ôtant votre béret, pour saluer respectueusement Monsieur le Sénateur ou Monsieur le Député.

Un livre pourrait être écrit relatant des anecdotes que se souviennent vos collègues élus à vos cotés.

Je pense à vos coups de pompes lors des réunions, ceux dans la voiture lors de nos retours tardifs, mais aussi de vos colères aussi violentes que brèves, de votre mémoire qui pouvait nous préciser la date d’un événement, la météo de ce jour, bref, vous étiez un personnage. D’ailleurs, votre personnage a tellement été lié à l’histoire de la commune que les bourgerains ont toujours parlé de vous en parlant du maire,

Loin des fusions, des transferts de compétence, vous avez également été un pionnier dans l’intercommunalité et vous aviez compris que seuls, nous ne pouvions continuer à résister et à avancer. On vous doit votre implication dans la création et le fonctionnement du syndicat des communes forestières, du syndicat de la Vallée des Huiles, du Sivom du canton de La Rochette devenu en 1993 la première communauté de communes de La Savoie.

Toutes ces missions vous les avez menées à une époque certes différente mais sans mobilité, avec des moyens de communications rudimentaires, avec l’aide d’un véritable collaborateur, chauffeur, confident qu’a été votre secrétaire de mairie.

soyez remercié pour tous les services que vous avez rendus…

Et puis est arrivée l’année 1995 qui promettait de grands changements dans la gestion communale avec la mise en place d’une nouvelle comptabilité, l’installation des ordinateurs, la communication électronique, vous avez alors décidé de vous retirer laissant une commune aux finances saines, et des projets dans les tiroirs. C’est en vous succédant, que j’ai mesuré l’engagement, la disponibilité nécessaires à cette fonction. L’amour de notre commune que nous avions en commun nous a permis de faire face.

Vous vous êtes donc retiré de la vie publique pour vous consacrer à votre passion qu’est la terre, vous occupant de vos arbres, de vos abeilles, de votre jardin.

Je conclurai en disant que vous avez été un homme simple, honnête et modeste. Vous avez été constamment attentif à défendre les intérêts de notre commune et de vos concitoyens dans un esprit de solidarité et de justice. Vous avez représenté une génération d’élus municipaux qui bien que n’ayant pas été particulièrement préparés à des fonctions d’une complexité croissante avez su néanmoins administrer efficacement votre commune au cours d’une période marquée par de profondes évolutions. Vous rejoignez vos collègues avec lesquels en dehors de la gestion de vos communes respectives avez tracé la route de notre canton.

Aussi, soyez remercié pour tous les services que vous avez rendus, et tous les soins que vous avez pris à préparer l’avenir du Bourget.

Gaby, Lucette et votre famille, sachez combien la disparition de Joseph crée le vide et nous attriste. »

Régis Barbaz – Bourget en Huile – 10 janvier 2018

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *